Ecrit par Nadja Pentz, Office Assistant AIMS International Switzerland

This article in English / Dieser Artikel auf Deutsch

 

Dans mon premier article, (en anglais) j’ai parlé de mon stage en Suisse et de mon expérience en rejoignant l’équipe d’AIMS Switzerland. Cela fait maintenant plusieurs mois que je travaille en tant que « télémigrante » depuis l’Afrique du Sud.

Etre un télémigrant présente de nombreux défis, qui peuvent toutefois être surmontés grâce à quelques outils très utiles. Naturellement, la plupart des entreprises ont dû apprendre à apprivoiser le travail à distance récemment suite à la pandémie, mais, bien qu’un télémigrant puisse être assimilé à un employé qui travaille simplement de chez lui, sa situation est particulière et présente des défis et des avantages qui lui sont propres et peut devenir une solution à long-terme face à des problématiques rencontrées par l’employé comme l’employeur.

Richard Baldwin – un économiste à l’Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement de Genève – a été le premier à mentionner le terme « télémigrant » dans son dernier livre (The Globotics Upheaval – 2019) en le définissant comme un travailleur qualifié basé dans un pays en développement et fournissant ses services depuis l’étranger.

 

Bénéfices et défis pour l’employé:

 Travailler en tant que télémigrant présente de nombreux avantages. En effet, cela permet d’avoir accès à un marché qui aurait été inaccessible autrement, augmentant ainsi les chances de trouver un emploi. Cependant, il peut être difficile pour un télémigrant de s’intégrer à une équipe lorsqu’il en est séparé par une distance de plusieurs milliers de kilomètres. Mon expérience personnelle a été intéressante, car j’ai pu expérimenter les deux facettes. J’ai en effet commencé à travailler au bureau, dans un environnement de travail standard pendant les premiers mois, puis suis passée au travail depuis la maison, à environ 9’000 kilomètres de distance. Une des difficultés que j’ai rencontrées est que je m’étais habituée à l’atmosphère du bureau et au fait de pouvoir échanger régulièrement avec mes collègues pendant les pauses café ou autres interactions journalières. Lorsque je suis revenue en Afrique du Sud, la situation était complètement différente et il a fallu s’adapter rapidement. Il faut savoir faire face ! Afin de garder ce sentiment d’appartenance à l’équipe en Suisse, nous avons mis en place différentes choses :

  • S’assurer d’interactions journalières en fixant des meetings chaque matin
  • Une liste des tâches partagée, qui permet non seulement d’avoir un visuel de mes propres tâches, mais qui permet également aux autres membres de l’équipe de les commenter ou d’apporter leur soutien lorsque cela est nécessaire
  • Évidemment, la technologie moderne apporte une aide considérable, car elle permet de se connecter par audio ou vidéo en quelques secondes de n’importe quel emplacement

Les défis peuvent également être de nature culturelle, notamment si l’employé vient d’un pays ou d’une région différente et qu’il n’a jamais été exposé à la culture de l’entreprise ou du pays où il travaille. Dans mon cas, cela n’a pas été un grand problème, étant donné que j’ai pu passer du temps en Suisse. Néanmoins, certaines barrières comme celle de la langue sont toujours présentes. Il est important d’échanger régulièrement au sein de l’entreprise à propos des pratiques culturelles et du protocole en vigueur dans les affaires dans le pays afin de conserver une vue non-biaisée.

 

Bénéfices et défis pour l’employeur:

Avoir la capacité d’engager quelqu’un à un prix considérablement plus bas présente clairement des avantages, notamment celui de pouvoir agrandir l’équipe et ainsi offrir un meilleur support aux cadres à n rythme que les conditions locales n’auraient pas permis. Cependant, avoir une équipe dispersée autour du globe apporte également de nouveaux défis pour le management. Superviser et motiver les collaborateurs peut s’avérer difficile si l’on est confiné exclusivement au numérique, mais des outils sont disponibles de nos jours afin de pallier ces difficultés. Les principes de base du management demeurent:

  • Communication ouverte et feedback régulier
  • Définition claire et réaliste des objectifs avec l’engagement sincère des deux côtés
  • Meetings d’évaluation de la performance réguliers (encore plus important qu’en temps normal!)
  • Mesure de la performance basée sur les résultats

 

Par le passé, l’engagement d’équipes travaillant à distance depuis des pays avec un salaire moyen faible était le privilège des grandes entreprises, mais aujourd’hui les PME peuvent également se lancer grâce aux avancées de la digitalisation. Je suis reconnaissante de pouvoir profiter de l’expérience de l’équipe d’AIMS Switzerland qui s’engage pour me permettre de vivre cette expérience unique avec succès. Si vous cherchez des conseils ou davantage d’informations à propos des télémigrants, n’hésitez pas à nous contacter.

 

AIMS SWITZERLAND